Anaïs Gauthier

Artiste Plasticienne

Anaïs Gauthier

ProfessionArtiste Plasticienne

Anaïs Gauthier est née à Paris en 1991, après un BTS en graphisme, elle se dirige naturellement vers les Beaux Arts, pour continuer dans cette direction. Mais la rencontre avec la matière allant du métal, du bois qu’elle ponce avec une meuleuse à la manipulation de lourdes formes à l’apparence molles réalisées en céramique, la mène vers une recherche sculpturale. Elle est diplômée de l’EESAB site de Lorient avec les félicitations du jury en 2016. Elle a été l’assistante de Gilbert Peyre et a exposé en Bretagne et à Mulhouse, notamment suite à sa résidence dans le Jura dans le programme «Création en cours» soutenu par les Ateliers Médicis, Clichy, Montfermeil et le Ministère de la culture.

Ses recherches abordent le mouvement. À savoir l’écrasement, comme le poids des choses laissant éventuellement des traces ou la sensation d’être dominé et les mouvements circulaires répétitifs, stagnants ou irréguliers. Ces mouvements sont aussi bien réels à l’aide de moteur ou d’une mécanique rudimentaire manuelle, qu’imaginaire. Son questionnement se porte aujourd’hui davantage sur la répétition, comme façon de trouver une issue à l’intérieur d’un même schéma, afin de sortir d’une mécanique cyclique, en comprenant comment s’en extraire. Elle crée des liens entre des mécaniques, le corps et certains de nos comportements.

Chloé Jarry

Sculptrice

Chloé Jarry

ProfessionSculptrice

Chloé Jarry, née en 1985 à Montmorency (France), vit et travaille à Nantes (France).
Diplômée de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole en 2010 (DNSEP)

Le travail de Chloé Jarry est axé sur le quotidien, la banalité des objets qui nous entourent et leurs transformations. Au travers de céramiques elle joue des ces modifications pour offrir un nouveau regard sur l’habituel, donner à voir ce que nous oublions.
Fortement inspirée par les nombreux voyages et les résidences qu’elle a pu faire, Chloé Jarry est une artiste pour qui les savoir-faires ont une importance primordiale dans sa pratique artistique. Au travers de ceux-ci elle perçoit un côté trans-générationnel avec un passage de culture, tel un témoin, qui lui permet de faire perdurer ou renaître, une pratique, un métier, un artisannat qui se voit aujourd’hui remplacé par la production de masse.
Dans son travail se mêle alors l’idée de mise en avant, en valeur d’objets de notre quotidien (ampoules, interrupteurs, bouches d’aération, etc…); en regard avec la répétition d’un geste presque artisanal qui lui permet alors de pouvoir révéler les aspérités de fabrication qui rendent les objets uniques, même réalisés en série.